map  Situé à Pau dans Les Pyrénées Atlantiques | contact@grands-vins-de-proprietes.fr | tel. +33 (0)683174034

headerforeground03

headerforeground02

headerforeground01

Perché sur un piton rocheux, Sancerre domine le Loire et son vignoble, réputé dès le Moyen Age. Sur 14 communes s’étend un magnifique réseau de collines parfaitement adaptées à la viticulture, bien orientées, exposées et protégées. Les sols portent des noms locaux : terres blanches ; caillottes et griottes ; cailloux ou silex.
Deux cépages règnent à Sancerre : le sauvignon en blanc et le pinot noir en rouge.

Après fermentation, les vins blancs sont gardés en fûts pendant plusieurs années avec un minimum de six ans et trois mois (jusqu’à 10 ans). Les levures (mycoderma vini) forment une espèce de peau qui colore le vin. La garde en fûts accentue encore cette coloration. La levure Mycoderma vivi a permis, entre autres, à Louis Pasteur, natif du Jura, de réaliser ses travaux sur l’action des bactéries.
Après filtrage, ces vins gardent un goût particulier (vins jaunes du Jura).
Les principales appellations sont côtes du Jura, arbois, l’étoile et château-chalon, et existent depuis 1936.

Le tempranillo est un cépage noir espagnol et le principal cépage des vins de Rioja. Son nom viendrait de l’espagnol temprano qui signifie « tôt », du fait qu’il mûrit plusieurs semaines plus tôt que la plupart des raisins rouges espagnols.
Il se distingue par sa finesse dans le Ribera del Duero, et produit notablement des crus plus qu’intéressants en Catalogne.
Ce cépage donne des vins colorés, à acidité basse, qui se révèlent lors de l’élevage en fût de chêne. Il est souvent marié en assemblage au cabernet sauvignon pour conforter la structure tannique du vin. Il est particulièrement élégant au niveau aromatique, et rappelle à certains le pinot noir bourguignon.
Retrouvez les tempranillo sélectionnés par Bernard.

Entre Léman et vallée de l’Isère, le vignoble savoyard s’éparpille sur les basses pentes les mieux exposées des Alpes. Celui, voisin, du Bugey, prolonge vers le Sud le Jura viticole et occupe la rive droite du Rhône. Savoie et Bugey cultivent pratiquement les mêmes cépages : des variétés autochtones ou venues des régions voisines, qui toutes, réussissent sous un climat assez rude, tempéré par l’influence des vallées et des lacs.

Le pinot noir de Bourgogne a sa place en Savoie, de même que le gamay du Beaujolais.
La mondeuse, cépage local, engendre des vins charpentés, avec de la mâche et un fruité complexe, sauvage et épicé, qui méritent d’attendre 2 à 6 ans.
Enfin, le jurassien poulsard entre avec le gamay dans le cerdon du Bugeu, un effervescent rosé délicat élaboré selon la méthode ancestrale.

Il est chez lui dans les vallées du piémont, où il donne ses lettres de noblesse au barolo et au barbaresco. Certains pays du Nouveau Monde commencent à l’adopter, mais il n’est encore que très peu planté en dehors de la péninsule italienne.
C’est un cépage tardif qui exige une exposition optimale sur des pentes exposées plein sud. Les vendanges se poursuivent jusqu’au mois de novembre.
Il a à la fois beaucoup de tannins et d’acidité, et pour les meilleurs spécimens, des arômes parmi les plus complexes et les plus exotiques que l’on trouve dans le vin rouge. Les vins sont d’une intensité de couleur moyenne, et s’oxydent relativement vite dans le verre.
N’hésitez pas à le carafer, afin de bien l’aérer, de permettre aux tannins de se fondre et au bouquet de s’épanouir au mieux.

Les vins de glace sont les vins blancs sucrés.

Le raisin est récolté après avoir connu le gel, ce qui permet d’en extraire l’eau et de ne garder que la pulpe riche en sucre et en arômes de fruits frais.
On trouve principalement ces vins au Canada et en Autriche. Ce phénomène naturel est également reproduit artificiellement après la récolte selon une technique qui s’appelle la cryo-extraction, mais les vins produits ainsi ne sont pas appelés vins de glace.

Le Pineau des Charentes est produit dans la région de Cognac, vaste plan incliné d’est en ouest qui s’abaisse progressivement vers l’océan atlantique. Le vignoble, traversé par la Charente, est implanté sur des coteaux au sol essentiellement calcaire. Sa destination principale est la production de Cognac. Cette eau-de-vie est l’esprit du pineau des Charentes, vin de liqueur résultant du mélange des moûts des raisons charentais frais ou partiellement fermentés avec du Cognac.

Selon la légende, c’est par hasard qu’au XVIème siècle un vigneron un peu distrait commit l’erreur de remplir de moût de raisin une barrique qui contenait encore du cognac. Constatant que ce fût ne fermentait pas, il l’abandonna au fond du chai. Quelques années plus tard, alors qu’il s’apprêtait à vider la barrique, il découvrit un liquide limpide, délicat, à la saveur douce et fruitée : ainsi serait né le Pineau des Charentes.

Dans certaines régions (Alsace, Bordelais, Bourgogne, Champagne, Provence) s’ajoute aux appellations d’origine contrôlée la notion de cru. Les « crus » correspondent à un terroir délimité pour ses qualités, correspondant selon les régions à un lieu-dit, à une commune ou à un domaine viticole.

En Champagne, de nombreux vignerons cèdent tout ou partie de leur production aux grandes marques qui vinifient, élaborent et commercialisent. Cette pratique a conduit l’Interprofession à proposer un prix recommandé des raisins et à attribuer à chaque commune une cotation en fonction de la qualité de sa production : « c’est l’échelle des crus ». Les vins issus de communes viticoles sont classés selon cette échelle : cotés 100%, ils ont droit au titre de Grand cru ; cotés de 99 à 90%, ils bénéficient de la mention « Premier cru », les autres s’échelonnent de 89 à 80%.